Commentaires du forum

Partage d'expérience
In Hypnose
03 mai 2020
Excellente séance! Lorsque l'on fait l'anamnèse, très souvent, surtout s'il y a beaucoup d'émotion au départ, la personne entre déjà en transe. Le fait de faire des recadrages ou des prises de conscience dans cet état a un effet extrêmement puissant. Lorsqu'on fait la séance formelle, juste derrière, l'émotion à traité a été largement évacuée, sans que tu t'en rende compte, ce qui expliquerait qu'il n'y ai pas eu émotion dans le trauma. Tu as traité le trauma sans le savoir dans ton anamnèse, par d'autres processus que l'on verra un peu plus tard. Il est aussi probable qu'il n'y ai pas eu qu'une seule émotion mais plusieurs. Tu pars pour en traiter une, tu n'arrives pas à aller dans le futur, c'est qu'il y a d'autres émotions qui l’empêchent d'y aller. On ne sais jamais quelle va être la surprise que l'on va trouver quand on résous quelque chose. Avant de démarrer une séance, avec une personne qui a vécu beaucoup de choses, tu peux utiliser le modèle avec toutes les émotions et lui faire identifier les mots qui résonnent en elle. Après la première séance tu es reparti...c'est exactement ce qu'il fallait faire. Tu as utilisé le bon mot: le mur. J'aurai une question pour elle: quand elle a fait son AVC, est ce qu'un coté du corps a été paralysé? était ce le coté gauche ? Le futur opaque qui devient transparent, symboliquement c'est très bien. Bravo pour le résultat :) Que tu ais des doutes, c'est normal et légitime. Ce qu'il faut c'est faire confiance à l'autre. C'est elle qui a mis en place les différentes émotions et ressentis, c'est elle qui saura comment les enlever. Au vu de ce résultat, je penses que tu n'a pas encore pris conscience de l'importance du travail que tu as fais :).... Le lendemain, elle me dis "wahou", que ça faisait longtemps qu'elle avait pas aussi bien dormi. 3 jours plus tard. Elle me dis qu'elle à réussi à parler à sa psy sans pleurer et sans colère sur les sujets difficiles. Récemment je lui redemande. Elle me dit qu'elle n'a plus la colère, juste encore de l'appréhension. Très beau travail!
1
0
Gestion du tabac : analyse des séances
In Hypnose
11 avr. 2020
Analyse de Xavier Addiction Cigarette-Cas numéro 1 1)- Anamnèse Je trouve judicieux de parler aussi des effets de la cigarette sur le cerveau. Et aussi que l'inconscient délègue le bien être à la nicotine. C'est très intéressant de voir le mécanisme qu'il y a derrière. Ce que la clope apporte et que l'inconscient laisse faire du moment que la personne est bien. Lorsque l'on demande à une personne pourquoi elle veut arrêter une addiction, on demande ce que ça va lui apporter. Mais quelque chose qui m'interpelle vraiment c'est quand tu demande qu'est ce qu'elle va perdre. Merci de me rappeler ça. C'est tellement important, que de le voir là, je ne risque pas de l'oublier. Il faut toujours penser aux gains secondaires :) C'est vrai que la personne va perdre une habitude qu'elle a depuis années et qui fait parti de sa vie. Et l'inconscient va perdre la nicotine sur lequel il se reposait. Et je comprends mieux certaines parties de l'inconscient qui parfois refusent le changement. Ce qui m'a surpris, et pourtant c'est tout à fait compréhensible, c'est quand la personne défini la clope comme son pote. Et j'étais surpris que tu partes sur ces mots lors des différents protocoles. Peut-être parce qu'on a l'impression que l'on part sur quelque chose de positif. C’est elle qui a nommé le comportement, on part donc sur le nom qu’elle donne. Pas d’interprétation, sauf peut-être que cela présage autre chose. Il est important d’utiliser exactement les mots qu’une personne donne. Du coup, on comprends son anxiété au départ. Elle est quand même venu pour dire adieu à son pote. 2)- LDT J'ai remarqué que lorsque tu fais la ligne du temps, tu pars après sur le protocole déclencheur sans passer par le pont vers le futur. Ce n'est pas nécessaire à ce stade ? Comme j’ai constaté une émotion forte dans le passé, je pense qu’elle va avoir du mal à se projeter dans le futur si on ne résout pas il y a derrière. Si tu as quelque chose de lourd qui est toujours présent,dans le futur tu vas avoir des difficultés à te sentir bien J'aime bien le fait que tu donnes des exemples de déclencheurs, que tu parles vraiment du problème qui concerne la personne. Comme si tu personnalisais les protocoles. Le protocole de base est présent et en fonction des personnes, j’adapte en fonction des ressentis ou des mots que la personne m’a donnés mais la structure est la même d'une séance sur l'autre. Je pense que cela est aussi une partie qui aide à la synchronisation. Oui, tout à fait Ce qui m'a le plus surpris, quand tu neutralise les déclencheurs, c'est que tu ne dis pas « ceux liés au comportement » mais « qui étaient liés à l'ancien comportement ». Comme si c'était déjà résolu. Tout à fait, ce sont des "présuppositions" positives : « étaient » fait parti du passé, mais « ancien » aussi. Je présuppose que le comportement a déjà disparu et que les déclencheurs ne sont plus liés à ce comportement disparu. Il s’agit d’une double présupposition. Est-ce pour accélérer le processus ou le fait d'être passé par la ligne du temps, le comportement fait déjà parti du passé ? Oui, l’inconscient ne fait pas de différence entre l’imaginaire et le réel, Il va donc intégrer que l’ancien comportement n’est plus la puisque le simple fait d’accepter la phrase lui fait intégrer tout ce que cela sous entends.. 3)- Retour après tout les protocoles Lors du retour, c'est comme si tu invitais son corps à déjà se nettoyer, à « expulser », à « respirer ». Comme si ça y est, la clope c'est fini et le corps se libère des toxines. Lorsque tu vas chercher dans le passé une odeur et un goût immonde pour l'associer à la clope, est-ce que tu laisses le choix à la personne d'ajouter ce petit plus ? Il me semble que oui mais c'est pour être sur. Oui c’est important de laisser la personne le choix d’avoir ou non quelque chose de désagréable à la place J'aime beaucoup la fin où elle dit se voir effacer la clope. Et maintenant c'est plus son pote. Merci pour la démonstration de maître, et merci à Carole pour avoir accepté d’être filmé. Si tu revois la séquence vidéo du tabac, tu retrouves exactement les différentes étapes des protocoles qu’on a travaillés. Ils sont un petit peu aménagé en fonction de la personne et les conditions de la séance. Après l’émotion origine et les déclencheurs j’étais obligé d’interrompre pour passer sur le trauma avant de revenir au protocole.. Mais le processus est conforme à ce que je vous ai montré. Dans quelques jours revoit la vidéo et analyser chose de nouveau tu verras tu vas découvrir de nouvelles choses.
0
0
Gestion des émotions: analyse de la séance
In Hypnose
11 avr. 2020
Analyse de Sandra Séance 1: RAS Après la première séance Claire revient avec une colère nettement diminuée, mais pas encore neutralisée car la colère est liées à plusieurs personnes différentes. Donc une ligne du temps avec les mots de Claire "ça m'énerve" Séance 2 et 3 : Pour le retour sur la gestion des émotions de colère de Claire, j'ai pu remarquer que tu utilisais la ligne du temps, mais à certaines étapes du protocole (notamment celle du changement de perception) tu suggères beaucoup plus de choses pour bien ancrer un apaisement, une libération et un changement de perception différent et positif, on voit que tu adaptes tes mots par rapport au comportement de Claire ( problèmes dans les relations humaines), tu n' hésites pas à réitérer les phrases lorsque l'inconscient de Claire ne te fait plus signe. En effet, l’émotion était assez forte au départ (8 ou 9/ 10). Sur le chemin, j'ai saisi tout ce qui semblait avoir un impact positif.Si tu observe le non verbal au début de l'induction, il est très significatif.Sous notamment la chaise, les pieds gigotent. Dans toutes les étapes du protocole, tu choisis bien les bons mots qui vont permettent à Claire un véritable détachement, tu en rajoutes par rapport à un protocole simplifié et ce, jusqu'au futur où tu suggères même à Claire de s'imaginer dans une scène où autrefois ça se serait pas bien passé, tu la mets en situation en lui montrant qu'elle peut se détacher de sa problématique, car elle à peu d'importance, et que le plus important ce sont ses valeurs à elle et ce qu'elle ressent maintenant avec sa nouvelle perception. En quelque sorte tu l'aides à travers le protocole à prendre conscience, tout en respectant le protocole. Et là encore dans le futur tu demandes à l’inconscient si il est d'accord. Pendant la séance, il y a un moment ou j'ai vu une réaction inconsciente d'une partie qui ne voulait pas du nouveau comportement.C'est typique d'un inconscient qui a peur de perdre quelque chose. Ce que j'ai ressenti, c'est que quelque chose entrait en conflit au niveau des valeurs. J'ai demandé a l’inconscient de préserver ce qui était important et cela a permit d'accepter le changement. En fin de séance avant le retour, tu poses toujours 3 ou 4 questions qui permettent de s'avoir si l'inconscient et toutes les parties sont d'accord ou pas, en ce qui concerne l’intégration des nouvelles ressources et nouvelle perception. Il faut toujours chercher les gains secondaires :) Et c'est intéressant de relever que cela n'est pas toujours le cas, une partie peut s'opposer ou même avoir peur de perdre quelque chose, tu peux donc rassurer l’inconscient si besoin. Tu as aussi demandé à l'inconscient de montrer un mot (suite à la réponse positive de l'inconscient, lorsque tu lui as demandé si une partie s'opposait) cela a permis d'aller résoudre l’événement qui générait l'émotion derrière le mot montré par l'inconscient (ainsi tu es sûr de partir avec bonne source). Quand tu ne sais pas ce qu'il y a derrière une émotion, la meilleure chose a faire est de demander à l'inconscient. Effectivement Claire est revenue de cette séance avec une sensation physique, au niveau de la gorge et un mot bien précis. Tu es donc repartis avec ce mot et cette sensation puis fais une ligne du temps. Suite à cette 3 ème séance Claire revient avec encore un petit quelque chose, tu lui demandes une représentation et tu utilises des sous modalités pour éloigner cette représentation (ici boule bleue). Ce que je retiens, c'est que même si tu as expliqué à Claire que c'est normale de ressentir encore quelques chose après une séance, car le travail continue son procès et ce, pendant 2 semaines, tu ne la laisses pas partir avec, tu proposes en quelques minutes d'éliminer ce petit reste, ce qui est bien plus confortable pour la personne. Il peut arriver que le petit quelque chose soit du a une brèche qui s'est produite dans un mur qui protégeait quelque chose...Si tu la laisse partir comme cela, il y a des chances que dans les heures qui suivent, cela s'amplifie et explose. Il faut être sur que tout est OK Aussi dans toutes les séances faites, tu t'assures en posant des questions à l’inconscient, que celui-ci soit toujours d'accord avec les changements et Travail effectué. Et enfin par rapport au protocole simplifié, tu rajoutes beaucoup de mots forts pour ancrer un changement positif, des mots adaptés à Claire, à sa problématique et son comportement, tout en gardant un langage permissif, ❤ericksonien bien-sur! Une bonne partie du travail que tu fait en hypnose, c'est de l'observation et de la synchronisation. L'observation te permet de récupérer les mots, de voir les réactions émotionnelles, et la synchronisation , de sentir les choses, sentir si tu es sur la bonne voie. Il est important dans la séance de rester sur un modèle d'analyse des processus, jamais dans le jugement. Parfois tu voudra appliquer un protocole en pensant que le problème est du a telle ou telle chose, et quand tu commence, si tu es synchronisée, tu sens qu'il y a une dissonance, quelque chose qui cloche... Pour la 4 ème séance, c'est un peu pareil que les autres avec une petite lévitation du bras. Merci Philippe de partager avec nous des cas concrets, c'est très enrichissant, Je t'invite à revoir les vidéos dans quelques jours, tu verras que tu remarquera encore d'autres choses, car ta perception aura encore changé.
0
0
Gestion de la douleur : analyse de la séance
In Hypnose
11 avr. 2020
Analyse de Sandra GESTION DE LA DOULEUR Session 1: Technique relevée et son contenu: Induction légère et débit de parole rapide, changement et remplacement de la sensation par sous modalités (représentation de la sensation par Claire, horrible, bleue, pointe dure et en 3D) Le style rapide est un style qui me correspond, il est important que chacun trouve le sien.Le seul cas ou il faut vraiment être très rapide , quel que soi ton style, c'est le trauma. Le bon style, c'est celui ou tu te sens à l'aise. Bien, sur l'analyse: on ne se contente pas de changer la sensation, mais en plus on la remplace par quelque chose de confortable. Cela évitera la sensation d’être privé de quelque chose. Suivie d'une triple dissociation, -une partie dans un endroit magnifique, avec sensation de légèreté et bien être. -Une partie au dessus du corps, détachée, en sécurité. -Une partie tout la haut qui OBSERVE la sensation horrible et qui peut la mettre à 3 mètres, puis l'éloigne petit à petit avec changement de couleur, forme...etc puis une fois que la sensation est presque plus visible, remplacement de l'ancienne sensation par la nouvelle plus agréable, qui est choisit par l'inconscient de Claire (fraîcheur ou chaleur) Claire reviendra avec une sensation de fraîcheur, à noté pour la suite de la séance. En effet, Claire était vraiment dans la souffrance physique. Le faite de la triple dissocier la déconnecte encore plus des sensations. Intégration de cette nouvelle sensation plus agréable,de ce nouveau mécanisme mis en place par l'organisme, ici ajustement du corps et des mouvements pour une sensation plus confortable. En effet, quand on observe Claire, on voit qu'elle a des difficultés à trouver la bonne position pour ne pas souffrir. Ajustez les mouvements, mettre de la souplesse me semblait utile Fusible, l'inconscient alerte si besoin. Explication faite après séance à Claire, si une sensation revient en pique, qu'elle soit consciente que ça bouge et qu'elle devra en parler à son médecin. Retour.Claire revient avec une sensation de fraîcheur, et une sensation beaucoup moins forte 4/10 au lieu de 20/10 au départ. C'est un bon début :) GESTION DE LA DOULEUR Session 2: Technique et contenu: Induction et dissociation, j'ai noté que c'est une partie de l'inconscient qui double l'état de détente, j'aime bien. Le fait de faire appel à une autre partie, rajoute de la confusion, et en même temps cela déresponsabilise, déculpabilise la partie qui est présente. Ce n'est pas à elle de faire ce travail c'est à une autre partie. Et la partie qui est présente peut se consacrer à ce qui est plus utile, en sachant que c'est l'autre qui fait le travail.. L'inconscient va directement dans le FUTUR pour effectuer le travail en différentes étapes qui sont les suivantes: -L'inconscient se voit dans un futur (2 ans) ou le problème est résolu, dépourvu d'inquiétude, de stress lié à une opération.Tout c'est bien passé, équilibre, harmonie, corps/esprit. -L'inconscient fait signe quand c'est fait, (on s'assure que l'inconscient à pu tester ce bien être dans le futur). L'inconscient ne fait pas de différence entre l'imaginaire et le réel. Si on l'emmène dans le futur un moment où le problème est résolu, il intègre instantanément cette résolution à l'intérieur, même si pour l'instant il ne sait pas comment il a fait. Cette technique est efficace car elle désamorce spontanément toutes les anxiétés et les peurs. -L'inconscient OBSERVE toutes les étapes qui l'ont amené à ce futur agréable, et est donc Rassuré de voir que tout c'est merveilleusement bien déroulé. À partir du futur on crée les étapes. -L'inconscient va retraverser tous les événements, toutes les étapes, y compris le jour de l'opération avant et après et ce jusqu'au 25 février 2000 (repaire pour arrêter les étapes, je pense ), puis la partie du futur (futur agréable et serein, dans 2 ans) RASSURE EXPLIQUE aux autres parties que tout c'est bien passé.Toutes les parties vont pouvoir observer les choses de manière détachée, différemment, qui vient donc rassurer durant la traverser des étapes. Donc changements des perceptions (du à l’appréhension de l'opération). Le fait de faire retraverser tous les événements va automatiquement ancrer ces étapes comme si elle s'était déjà réalisée. L'inconscient les ancres avec l'émotion positive du futur. -L'inconscient arrive en ce jour du 25 février 2000 (fait un signe) et repart vers le futur pour tester et se voir, s'entendre et ressentir ces nouvelles perceptions. Le 25 février 2020 correspond à la date à laquelle on a fait cette séance. Intégration des nouvelles perceptions. Retour. Conclusion: Ici est donc utilisé le protocole de la ligne du temps, mais au lieu de partir dans le passé déjà vécu, on part dans le futur du passé du futur et du présent du futur. Merci beaucoup Philippe, c'est très enrichissant et je pense que cette technique peut être utilisée pour tous les cas qui appréhendent quelques choses dans le futur, comme un examen ou autres. Quelle maîtrise et expérience il faut pour faire cela. C'est excellent, merci beaucoup pour la transmission. Au début je ne comprenais pas pourquoi introduire une date précise(25 février 2000) finalement après analyse je me dis qu'il faut quand même préciser à l'inconscient un départ et une arrivée en quelque sorte. Dis moi si je me trompe, cette histoire de date précise me fait m'interroger.Est ce que cette date est choisit par hasard ou bien discutée en amont avec la la cliente? La date correspond à la date de la séance. Je l'emmène dans le futur, puis du futur vers l'étape de l'opération, puis on revient au jour présent, la date de la séance, avec les sensations du futur.
0
0
Gestion de la douleur : analyse de la séance
In Hypnose
11 avr. 2020
Analyse de Xavier 1) Sur la première séance, ce qui me parait vraiment important, c'est lorsque tu met une sécurité, une alerte pour prévenir d'un changement ou d'une évolution de la sensation. Je remarque que tu éloignes la sensation au loin sans la faire disparaître. Elle est loin, très loin mais reste visible. Le but étant de ne pas faire disparaître une sensation mais de l'atténuer pour qu'elle soit vivable. Car il y a une cause à cette sensation et il ne faut pas l'oublier car justement, la cause peut se transformer, évoluer. Il faut donc rester vigilant. Très bonne analyse :) C'est exactement cela. la douleur est "violente" (9/10) , on ne peut pas ne pas en tenir compte. Ce que j'ai observé aussi, c'est que tu demande à la partie inconsciente d'ajuster la position du corps, d'ajuster les mouvements pour soulager encore plus la sensation. Je trouve que c'est un petit plus important auquel je n'aurais pas pensé. En Effet, quand Claire est arrivée, elle avait du mal a marché, calculant tout ses mouvements, attentive a la moindre sensation en fonction de la position du corps.Cela me semblait utile de rajouter cela, a la fois pour son confort et en même temps, pour rassurer toutes les parties inconscientes: on soulage, mais on met en sécurité. 2) Sur la séance sur la peur de l'opération, j'aime cette technique d'envoyer l'inconscient dans le futur, de voir comme tout s'est bien passé. Mais j'aime encore plus le fait de lui faire observer les étapes qui ont mené la personne jusqu'à cette harmonie, et de le faire revenir au présent pour rassurer la personne et toutes les parties inconscientes. L’inconscient ne fait pas la différence entre l’imaginaire et le réel.Si on te projette dans le futur et que tu as déjà vécu la situation, il n'y a plus aucune source d'inquiétude possible :) Mais là où je t'ai trouvé très fort, c'est quand tu as fait cette sorte de confusion, mais compréhensible, sur le futur et le présent qui ne font qu'un. Non seulement tu as fait un vas et vient entre le passé et le futur. Mais en plus tu as ramené ce futur dans le présent et le présent dans le futur comme si tout était déjà réalisé. Comme si le temps n'existait pas et que ce futur agréable était déjà là. Chapeau ! L'objectif est de faire lâcher la réflexion.Pour l'inconscient, il a déjà vécu ce futur et toutes ses étapes.Avec cette confusion, on désactive toute trace de l'ancienne inquiétude.On fait un "reset" du moment présent. Il y a une certaine logique dans ce que je dis, mais c'est franchement incompréhensible pour une personne censée quand elle est en état d'hypnose :). Ce qui fait que finalement, l'inconscient se "raccroche" au futur confortable qui est déjà présent :) Ce qui m'a interpellé aussi, c'est les changement de rythme et de ton dans ta voix. Ça fait parti de la technique et j'ai vraiment ressenti l'importance de la diction. Le rythme et le ton sont beaucoup plus importants que le contenu. 3) Lors du retour de la sensation, je ne m'attendais pas cette méthode pour résoudre le problème. Ce qui m'a surpris, c'est que tu demande à l'inconscient d'imaginer ce tableau de bord, ce potentiomètre mais tu ne demande pas d'associer cet outil avec la gestion de la sensation. Mais tu pars de 6 comme la personne avait évalué la sensation. L'inconscient fait-il automatiquement la relation ? Avant de démarrer la 3ème séance, Claire m'a dit que la sensation était à 5. Je pars d'un outil supplémentaire(le potentiomètre) que je met volontairement à 6, car cela donne une marge de manœuvre supplémentaire.Une manière de dire à l’inconscient cela va te permettre de d'augmenter ou de diminuer, cela n'est pas limitatif.(Je lui donne la possibilité d’être au dessus de la valeur actuelle, ce qui augmente la notion de permissivité). L'objectif est ici de dire a l'inconscient tu es libre dans le réglage. Le fait de donner cette liberté, cette permissivité permet à l’inconscient de s'approprier cet outil. Autre chose qui m'a interpellé, c'est le fait que tu demandes si les différentes partie sont d'accord pour faire ce travail avec ce procédé. Je cherche pour savoir s'il y a des gains secondaires ou des peurs. J'ai remarqué que des fois l'inconscient te fais signe que oui, et lorsque que tu demande si toutes les parties sont d'accord....ben là, un “non” se lève. Comme si la majorité l'emportait mais qu'une seule partie pouvait faire capoter le truc. Et du coup, je me demande pourquoi il n'y pas qu'un inconscient....pourquoi est-il divisé, et en combien de partie ? En réalité, l'inconscient fonctionne comme un supercalculateur qui fait beaucoup de choses en parallèle par différentes parties.C'est comme si il y avait plusieurs processus en même temps qui s’exécute de manière indépendante, un peu comme si une partie s'occupait de faire la vaisselle, pendant que l'autre passe le balai, pendant que l'autre fait les lits, etc. Chacune de ces parties travaille de manière indirecte, mais toutes concourent à ton bien-être. Il y en a aussi une qui vide les poubelles. Et cette partie qui vide les poubelles voit parfois passer des choses qui sont beaucoup plus grosses que ce que la poubelle ne peut accepter. Ça bloque. Et cette partie, va générer un blocage, une résistance, car elle ne comprend pas ce qui se passe. Elle doit gérer quelque chose auquel elle n'a jamais eu affaire. Ou alors elle voit passer dans la poubelle quelque chose qui lui semble utile. Il peut y avoir des réactions ont niveau inconscient, par peur de l'inconnu, peur d'une situation, ou peur de perdre quelque chose. Et c'est cette partie qui bloque que l'on doit déceler. Si on devait schématiser l'inconscient, il serait constitué par des centaines de parties avec une importance plus ou moins grande. C'est là que la notion d'écologie prend tout son sens. Je remarque aussi que la première séance sur la douleur, tu as laisser le choix à l'inconscient d'une sensation de fraîcheur ou de chaleur au niveau du ventre. Et là, tu as retenu qu'il préfère la fraîcheur et tu dis qu'une sensation de fraîcheur s'installe. Ça parait logique ce que tu as fait mais je le souligne car il important d'utiliser les mots des personnes et d'aller directement à l'essentiel. Tout à fait, il est important que l'inconscient ait le choix. 4) Pour cette dernière séance. Au début je me suis demandé comment tu avais su qu'il fallait partir sur un trauma. Bon, j'ai eu un indice en début de vidéo et ce que tu as dis en fin de vidéo. Je pense que l'expérience aide beaucoup dans ses choix sur la méthode à appliquer. Et aussi bien faire attention au non verbal qui nous parle plus qu'on ne le pense. Le non verbal était extrêmement significatif. Le fait que ce comportement existe depuis qu'elle est petite, donnent l'indication que l'événement s'est passé avant l'âge de 10 ans. J'aurais pu le traiter avec une ligne du temps, mais la réaction me semblait assez forte. J'ai trouvé la technique simplifié par rapport au modèle que tu nous as donné. Comme si tu en disais moins mais en allant à l'essentiel. Le changement de ton est aussi important, vraiment. Ce que je me demande. C'est pourquoi demander à l'inconscient l'âge de l’événement qui à l'origine de l'émotion ? Est-ce juste une information pour la personne ? Oui, un très souvent les personnes n'ont pas d'images de l'événement. Mais elles sont curieuses de savoir ce que ça aurait pu être et si tu reviens sans cette information, cela peut générer une frustration. Aujourd'hui je le fais systématiquement à des que je vais sur des traumas. L'information est utile ou pas pour la personne, mais au moins si elle le demande tu en disposes. En conclusion : Vraiment très intéressant tout ce déroulé autour d'une même problématique. On a vu qu'en plus de la douleur, d'autre soucis liés à ce problème viennent se greffer et rendre inconfortable la vie de cette personne. Les technique, toutes différentes sont vraiment efficaces (je n'en doutais pas) et adapté au problème à résoudre. Je mesure l'importance du rythme, de cette symphonie verbale et aussi de prendre le temps, de laisser les mots venir, de répéter sous une autre forme, de changer de métaphore, de vraiment communiquer avec des images à l'inconscient. Tout ça je le sais. Mais de te revoir à l’œuvre, c'est comme si on me chuchotait à l'oreille : ai confiance, lâche toi, prends le temps, synchronise toi, ressent les choses. Merci pour cette révision. Merci à Claire. Il y a sûrement plein d'autres choses à dire mais je me suis centré sur ce qui m'a interpellé. Merci Philippe. Ça fait du bien de se plonger comme ça sur des cas réels.
0
0
Gestion des émotions: analyse de la séance
In Hypnose
11 avr. 2020
Analyse de Xavier 1) Ce que je me demande, sur cette première séance, c'est pourquoi, après une ligne du temps, demander si toutes les parties sont d'accord pour mettre en œuvre cette nouvelle perception. Je veux juste m’assurer qu’il n’y a pas quelque chose qui reste derrière, dans le passé, car l’émotion était très forte à son arrivée 8-9/10 .Regardes le début de la séance, le mouvement des pieds…le non verbal est très significatif .Je soupçonne, mais c’est mon ressenti « inconscient » qu’il y a autre chose d’autre à traiter dans le passé. Il y a souvent des choses qu’on ressent pendant la séance, sans pouvoir les expliquer… Quand tu demandes si une des parties s'oppose, on a d'abord un oui puis un non. Du coup, c'est un peu déstabilisant. Et au final, je ne sais pas trop qu'elle réponse tu as pris en compte. Car après tu accentue le coté bien être mais tu ne redemande pas si toutes les parties sont enfin d'accord. En réalité si tu observes bien la main droite, c’est tout le temps l’index qui répond oui. Même quand je lui pose la question de savoir si toutes les parties sont d’accord, c’est l’index qui répond oui. Quand je lui pose la question de savoir s’il y a une partie qui s’oppose, c’est le pouce qui répond. C’est la raison pour laquelle je reformule la question en précisant que l’inconscient répond oui par un doigt de la main droite ou non par un doigt de la main gauche. Et lorsque j’ai précisé cela est que je repose la question c’est bien la main gauche qui répond non. Le pouce de la main droite ne signifiait pas un oui.L’inconscient avait simplement prit l’initiative de répondre avec les deux doigts d’une même main. 2) J'aime bien ton explication sur la fatigue qui survient. Que l'on se rend même pas compte à quelle point la colère nous rends tout tendu. C'est bien d'expliquer les répercussions physiques sur le corps. Encore une partie s'oppose à la mise en place de la nouvelle perception. Quel peux être cette chose que la partie inconsciente a peur de perdre ? Si j'ai bien compris, tu met cette chose de coté, a disposition pour rassurer la partie inconsciente ? Comme tu sais qu'il y a plusieurs émotions à résoudre, est-ce pour cela que tu mets de coté, car tu sais que d'autres sources d'émotions sont encore à régler ? Pendant la séance, comme j’ai posé la question j’ai senti que quelque chose bloquait. j’ai eu la sensation que peur que Claire avait peur de perdre quelque chose. Et l’image qui m’est venue en tête, c est ses valeurs. On est là aussi dans le ressenti. J’ai eu la sensation qu’elle avait peur de perdre ses valeurs qui sont fondamentales pour elle. D’ou l’idée de préserver ce qui est important est de le mettre dans cet endroit. Si l’inconscient c’est que ces valeurs sont préservées et n’a plus aucune raison de s’opposer. En général inconscient s’oppose à quelque chose soit par peur, soit par peur de perdre, soit parce qu’il y a un conflit avec les valeurs. Dans la discussion qu’on a eue avec Claire avant de démarrer la séance, il y avait beaucoup d’émotions et surtout, plusieurs colères. Je sais à la fin de séance que tout n’est pas fini qu’il va encore falloir faire d’autres choses. 3) Ce que j'ai apprécié sur cette séance, c'est la fin, lorsque tu demandes à la personne de fermer les yeux de changer la perception de la colère qu'elle avait déjà visualisé et réduit. J'imagine qu'elle était encore en état d'hypnose et le résultat est beaucoup plus fort. J'ai bien aimé que tu demande même une forme rigolote. Et de lui dire que si la colère revient, de se représenter cette forme rigolote qui s'éloigne. C’est ce que l’on appelle une suggestion post hypnotique.(on en parlera dans le maitre praticien J , cela fait parti de techniques un peu plus avancées ) Ça peut être intéressant dans mettre à certains moments pour permettre à des mécanismes de s’intégrer. À la fin d’une séance la personne reste pendant 10 à 15 minutes encore en état d’hypnose. À chaque séance elle descend plus profondément. Au bout de la troisième séance elle était dans un état d’hypnose assez profond sans s’en rendre compte. 4) C'est bien de rajouter de nouvelles façons de voir dans le futur, comme si les choses n'avait pas d'importance, que tel personne ne valait la peine de se mettre dans ces états. A un moment, elle a eu peur de perdre ses valeurs, par cette intervention, on renforce ses valeurs par rapport aux situations (elle vaut mieux que cela) Je trouve important, après autant de séances, de redonner de l'énergie à la personne pour qu'elle soit plus en sécurité si elle conduit. J'aime beaucoup la façon dont elle cherche les émotions. Quand on la voit au début avec tout le verbal et non-verbal, et qu'on la voit à la fin, on voit que ça a beaucoup bougé. Elle est beaucoup plus sereine. Je sais que tout n’est pas résolu, mais partir d’une émotion à 9 pour arriver a 1 ou deux , ca me convient :) Merci encore à Claire pour sa participation. Et merci Philippe pour ces vidéos qui soulèvent encore des questions.
0
0

Administrateur
Plus d'actions